La flore

Mis à part leur côté esthétique, les plantes ont un rôle biologique primordial dans la nature mais aussi dans nos aquariums. Elles sont à la base de la chaîne alimentaire, les poissons s'en nourrissent directement ou indirectement, leur feuillage est un support de ponte, il et est riche en zooplancton pour les alevins, fournit des cachettes nécessaires aux poissons et aux alevins.

Les plantes sont un support immense de colonisation pour les bactéries et le zooplancton. Faites l'expérience, regardez une tige de Cératophyllum, de Cabomba ou d’Élodée au microscope, vous verrez des animalcules par millions qui contribuent à créer un écosystème équilibré.

Les plantes produisent des déchets qui vont enrichir le substrat. Grâce au travail des planorbes, des crustacés, des bactéries, ces déchets vont se transformer en engrais naturel que les plantes pourront réutiliser, tout se recycle, rien ne se perd.  Elles ont un rôle primordial dans l'oxygénation et la purification de l'eau. Pendant la journée elles absorbent le CO2 et l'ammonium -déchets organiques produits par les bactéries, les poissons et tous les organismes vivants- en contrepartie elles vont produire de l'oxygène dont les poissons ont besoin pour respirer. Ainsi, un aquarium avec une végétation luxuriante n'a absolument pas besoin d'une filtration artificielle, ni d'un bulleur.

Sont proposées à la vente TROIS grands groupes de plantes:
  • 100% aquatiques, Rotala, Cérato, Najas, Elodée, Limnophilla, Vallisnéries, Sagittaria...
  • des plantes flottantes, Salvinia natans, Lentilles d'eau, Azolla, Pistia stratiote, etc...
  • des plantes amphibies, Hygrophilla, Echinodorus, Ludwigia, etc...

Les plantes 100% aquatiques vivent toute l'année dans l'eau, elles puisent leurs nutriments principalement par le feuillage et ne survivent pas en cas de sécheresse. Elles ont un fort pouvoir d'oxygénation et de purification car elles absorbent l’ammonium, les phosphates, quelques fois les nitrates, et fixent les métaux lourds. Elles jouent aussi un rôle important dans la lutte contre les algues indésirables, en puisant les mêmes nutriments, elles sont en concurrence directe. Certains poissons s'en nourrissent, elles sont un support de ponte, offrent des cachettes rassurantes aux poissons et surtout aux alevins.On les reconnaît à la mollesse de leurs tiges qui tombent une fois sorties de leur élément naturel, à leur feuillage très mince en aiguille. Ces plantes sont particulièrement utiles lors de la période de cyclage d'un nouveau bac, mais devraient faire partie intégrante de tout aquarium car elles absorbent très rapidement les déchets azotés et donc maintiennent l'aquarium sain.



Les plantes flottantes puisent également   leurs nutriments directement dans l'eau grâce à leurs frêles racines pendantes, comme chez la Salvinia fluitians, la Lemna minor ou major, la Ceratoptéris dans sa forme flottante, et la fameuse Pistia stratiote gourmande en matière azotée. Elles ont évidemment un grand pouvoir de purification de l'eau et luttent efficacement contre les algues indésirables et l'eau verte. En recouvrant la surface elles tamisent la lumière, ce qui donne un cachet particulier au  bac, mais permettent surtout de rassurer bon nombre de poissons, en plus de rehausser leurs couleurs. Les Labirinthydés y construisent leurs nids, les alevins trouvent refuge et nourriture parmi leurs racines. L' avantage considérable des plantes flottantes est qu'elle n'ont pas besoin de puiser le CO2 dans l'eau. Elles ont la capacité de l'absorber dans l'air ambiant grâce à leurs feuilles en surface, ainsi, elles ne sont pas en concurrence direct avec les plantes 100%aquatiques qui, elles, dépendent entièrement du CO2 contenu dans l'eau du bac.

Les plantes amphibies, majoritairement présentes en aquarium, proviennent des régions tropicales, où il y a alternance entre saisons sèches et saisons humides. Elles se sont adaptées à ces conditions extrêmes, et survivent émergées ou semi-émergées en période sèche et complètement immergées en période humide. 
Durant la saison sèche, le niveau de l'eau baisse, elles émergent peu à peu, le feuillage auparavant immergé disparaît car trop tendre. Ce feuillage est remplacé par un feuillage plus dur, souvent très différent. Durant cette saison les plantes amphibies produisent des fleurs sexuées et, grâce à la pollinisation par les insectes, les graines fécondées  vont tomber sur le substrat, ce qui va produire une nouvelle génération de plantes. En saison humide, les pluies abondantes vont gonfler les cours d'eau et vont submerger les plantes qui vont, là encore, s'adapter par une transformation du feuillage. Les feuilles vont s'agrandir pour pouvoir capter plus d'énergie solaire, et s'attendrir pour favoriser au maximum les échanges gazeux.  Durant le jour, environ 12 heures, la température est comprise entre 25 et 32°, alors que la température nocturne baisse d'une manière significative de 5 à 10°. Dans la nature elles poussent sur un humus riche constitué par un tas de feuilles mortes et autres débris organiques.
Les plantes de ces régions vivent artificiellement dans nos aquariums. Dans les paludariums elles retrouvent quelque peu leurs conditions d'origines si on s'emploie à baisser et à augmenter le niveau de l'eau périodiquement.


Dans les aquariums ouverts, elles auront tendance à sortir hors de l'eau et  à produire des fleurs, ce qui est bénéfique, si on le peut il faut les laisser faire. C'est pour ces plantes là en priorité qu'un substrat à base de terreau est utile.

Les plantes utilisées pour nos aquariums obéissent à des cycles dans leur milieu naturel. Elles se transforment suivant les saisons sèches, humides, chaudes ou fraiches où elles se mettent en repos, perdent ou transforment leur feuillage pour le retrouver lorsque les conditions favorables sont de nouveau réunies. Les plantes à bulbes, comme la superbe Aponogeton ulvaceus, par exemple, ont besoin d'un temps de repos, période durant laquelle ne subsiste que le bulbe qu'il faudra retirer de l'aquarium pour lui permettre d'hiberner à une basse température. Dans nos aquariums, chauffés artificiellement durant l'hiver et naturellement trop chauds durant l'été, le cycle naturel des plantes amphibies est perturbé.

Les plantes à éviter. Certaines plantes sont proposées à la vente mais ne sont absolument pas adaptées à l'immersion permanente dans nos aquariums. Ces plantes dépérissent très rapidement une fois installées dans les aquariums. 
Elles ont des tiges rigides, des couleurs panachées, et ressemblent à aux plantes d'intérieur.  
Au bout de quelques jours seulement, elles vont perdre leur feuillage et finir par pourrir complètement. 

On peut éventuellement les conserver dans des paludariums, les pieds dans l'eau et le feuillage à l'air libre, ou accrochées à la paroi d'un aquarium. Les plantes connaissent des rythmes de croissance différents, certaines se développent rapidement tandis que d'autres font une feuille par mois. Dans un souci d’équilibre, il est judicieux de combiner les plantes à croissance rapide avec des plantes à croissance lente.



La flore aquatique mérite toute notre attention, non seulement pour sa beauté et sa complexité, mais surtout pour son apport dans l’équilibre biologique.
Les plantes 100% aquatiques et les flottantes sont indispensables dans un aquarium naturel,  elles permettent d'équilibrer un bac rapidement, de plus, elles ne dépérissent jamais ou se renouvellent sans cesse.

Quelles plantes utiliser?
Dans un nouvel aquarium il faut introduire des plantes des trois groupes, amphibies, aquatiques et des flottantes car elles sont complémentaires. Les plantes à pousse rapide, 100% aquatiques, vont rapidement absorber le trop de nutriments en suspension dans l'eau et vont permettre de lutter contre les algues. Les plantes amphibies vont maintenir le substrat suffisamment oxygéné en puisant les nutriments par leurs racines, les Vallisnéries, d'ailleurs, le font aussi.  Si l'on a pas de substrat riche, faut se rappeler qu'un aquarium avec seulement des plantes aquatiques, Élodée, Cératophyllum, Najas, Limnophilla, Vallisnéries, Sagittaria, et des plantes flottantes, tourne très bien et sans aucun problème, avec un minimum d'entretien. Les plantes flottantes absorbent aussi et très rapidement les nutriments ou la pollution générée par les poissons, de plus elles sécurisent les poissons en tamisant la lumière.

Allélopathie.
Toutes les plantes ne vont pas obligatoirement se plaire dans un aquarium, certaines sont incompatibles entre elles. La plupart vont s'acclimater, mais d'autres vont vivoter ou dépérir. Avant de penser à une fertilisation, il faut se rappeler que les plantes se font la guerre entre elles et cherchent à éliminer les concurrentes, c'est ce qu'on appelle l'allélopathie. On sait que les plantes aquatiques, tout comme les plantes terrestres d'ailleurs, et les coraux marins, produisent des substances chimiques, soit dans le substrat, soit directement dans l'eau, qui vont finir par tuer une plante concurrente, on assiste ainsi à la disparation d'une plante sans qu'on en comprenne la cause.

Le sujet est vaste et complexe et les chercheurs n'en sont qu'au début, mais d'après le livre "Ecology of planted aquarium de D.Walstad on sait que :
  • le nénuphar jaune -Nuphar lutea- est capable d'éliminer les Pistia et les lentilles d'eau
  • la Najas guadalupensis réduit fortement les lentilles d'eau jusqu'à 50%
  • la Myriophyllum spicatum est capable de lutter contre les algues bleues, les moustiques, les lentilles d'eau
  • Les Élodées et la Cératophyllum tiennent à distance les Daphnies (Liste non exhaustive)
C'est aussi pour cette raison qu'il faut utiliser des variétés différentes de plantes et ne garder que celles qui vont bien.

Pour avoir des plantes en bonne santé il y a trois facteurs à respecter: l'éclairage, le substrat, les nutriments.

Éclairage.
L'éclairage est important car c'est grâce à la lumière que les plantes par la photosynthèse produise leur tissus et fournissent l'oxygène au vivant.
Pas la peine d'investir dans un éclairage couteux, il n'y a pas de solution miracle car plusieurs facteurs se combinent dans un aquarium pour avoir une végétation saine, pas seulement l'éclairage.

Pour faire court, voici simplement quelques données de base utiles au choix d'un éclairage:
  • il faut 30 lumens par litre environ, 
  • une température, exprimé en K, comprise entre 5000 et 7000, 
  • un rendu de couleur -IRC- 90 / 100 qui correspond à la lumière de jour. 
    Toutes ces information sont mentionnées sur l’emballage. 

Ampoule CFL pour aquarium
D.Walstad conseille l'utilisation des ampoules CFL, ampoules horticoles qui sont utilisées dans la culture des plantes "in door". Ces ampoules, peu chères à l'achat, donnent de très bons résultats, de plus, pour une faible consommation électrique elles ont un rendu beaucoup plus puissant.  Il faut les suspendre au dessus de l'aquarium dans une gamelle ou un dôme. L'avantage de ce genre d'éclairage est que les plantes amphibies peuvent sortir hors de l'eau sans se brûler, avec un peu de chance vous verrez vos plantes fleurir.

Éclairer, oui, mais combien de temps?
Les avis divergent, certains préconisent un éclairage de 12 à 14h par jour, d'autres  10h, et d'autres encore 8h seulement.
D.Walstad éclaire ses bacs 10h par jour avec une pause sans lumière pendant 4h en milieu de journée. Elle considère que même dans la nature les plantes ne bénéficient pas de lumière directe en continu, en premier lieu à cause de la rotation de la terre, puis à cause des pluies quotidiennes et donc des nuages qui viennent obscurcir le ciel. De plus, elle a noté que cette "sieste" permettait au gaz carbonique de se reconstituer, ainsi, à la remise en route de l'éclairage, les plantes bénéficiaient d'un nouveau stock de CO2. Son argumentaire se tient et ses plantes se portent très bien, maintenant à chacun de faire ses expérimentations. Il est bon aussi d'arrêter son thermoplongeur durant la nuit, c'est bon pour les plantes et pour les poissons.

Substrat enrichi ou pas, deux possibilités ?
1 - Pour le groupe des plantes amphibies, qui proviennent des régions tropicales et qui poussent sur un humus riche composé de feuilles mortes et de tout un tas de débris divers, on peut préparer un sol avec une sous couche de terreau naturel  comme la -terre de bruyère- et que l'on recouvre ensuite de sable ni trop fin ni trop gros. C'est un vieux truc connu depuis que l'aquariophilie existe et qui fonctionne à merveille. Peu cher, facile à mettre en œuvre, il faut simplement veiller à ne pas utiliser de terreau avec engrais ajouté. Toute la méthode est décrite dans cet article. Avec ce genre de substrat il faut des plantes gourmandes avec des racines importantes, et veiller à une bonne oxygénation de l'eau par un brassage puissant, c'est là le secret...

2 - Si on ne se sent pas la capacité de se lancer dans cette expérimentation, on peut tout simplement faire un sol basique de sable ou de gravier d'une granulométrie comprise entre 2 et 5 mm, et d'une épaisseur de 5cm minimum.
Un tel sol est inerte au début, mais peu à peu, il va être colonisé par les bactéries bénéfiques et va absorber les déjections des organismes vivants et les déchets végétaux, il va devenir vivant assez rapidement.
Ce genre de sol ne peut pas nourrir des plantes exigeantes sur le long terme -encore que-, mais pour des plantes simples il est tout à fait satisfaisant. Et même avec des plantes simples on peut faire un bel aquarium à la végétation luxuriante, et surtout, un aquarium sain et équilibré pour les poissons toujours sans aucune filtration.

Pour finir, il faut éviter les substrats dit "tout-prêt" et enrichis artificiellement, qui finissent pas relarguer trop de nutriments ce qui favorise, à la longue, les algues et pas les plantes.

Les nutriments.
Les plantes ont besoin de CO2, d'ammonium, de minéraux et d'oligo-éléments.

Le CO2 ou gaz carbonique, dans un bac low-tech et "naturel",  est fourni par tous les organismes vivants, poissons, escargots et bactéries. Le sol est aussi une bonne réserve de CO2 surtout s'il est enrichi avec du terreau naturel.
L'ammonium est fourni par les déjections de tous les organismes vivants dans le bac, l'ammonium est absorbé directement par les feuilles.
Les minéraux et les oligo-éléments sont apportés par l'eau qui doit donc être de bonne qualité, par le substrat et aussi par les restes de nourriture. En effet, la nourriture pour poissons contient beaucoup de minéraux et oligo-éléments, et, comme souvent, toute la nourriture n'étant pas consommée par les poissons, celle-ci sera absorbée par les plantes elles-mêmes une fois décomposée.


En conclusion.
Un bac low-tech fonctionne très bien et longtemps avec des plantes saines et qui poussent bien, ceci sans fertilisation, ni CO2 artificiel.
Après il faut tester les plantes qui vont bien avec l'éclairage et les paramètres de l'eau à notre disposition. 
Il vaut mieux commencer modestement au début pour, au fil du temps et de l'expérience, améliorer son approche de l'aquariophilie et se lancer dans des aquariums plus complexes.

Amicalement
Dani