Idées reçues!

Sur les différents forums, les aquariophiles condamnent souvent la méthode "low-tech" ou les aquariums dit "naturels". Ils sont persuadés qu'un aquarium sans filtration est source de problèmes plus ou moins graves à plus ou moins court terme. Je précise que ces aquariophiles n'ont jamais essayé par eux-mêmes cette méthode, ou lorsqu'ils l'ont fait c'est sur une très courte période.

Il me semblait opportun de faire un point sur ces affirmations lapidaires, voici donc un florilège des idées reçues trouvées sur le net.

Idée reçue sur la filtration par opposition aux plantes.

-"...pas de filtre, pas de bactéries, pas de brassage = mort assurée...
-...les plantes ne suffiront pas, il va falloir que tu achètes un filtre...
-..sans filtre, faut faire des changements d'eau fréquents, les plantes ne pouvant pas absorber tout...»
-"...il te faut des nitrates, les plantes s'en nourrissent..."


Des bactéries: Elles colonisent absolument tout support dans le bac, le substrat, la colonne d'eau, les parois de l'aquarium, les pierres et les plantes. Elles ne sont pas enfermées dans le seul filtre. En 1987, le Dr Alfred Giannascoli dans son étude sur "La chimie de l'eau des systèmes fermés que sont les aquariums" a démontré que dans un aquarium sans plantes les filtres sont à l'origine de 15% seulement de la nitrification totale, le reste étant dû aux bactéries présentes dans le substrat et les parois. On imagine très bien que dans un aquarium planté la surface de colonisation des bactéries est beaucoup plus importante. (Water chemistry in closed system aquariums - Alfred Giannacoli - 1987)
D.Walastad affirme qu'un sol à base de terreau offre aux bactéries dénitrifiantes un support 50 fois plus important qu'un simple sol à base de gravier.

Mais comme on le verra plus tard, pour les adeptes du low-tech, les nitrates ne sont pas leur préoccupation majeure.

Du brassage: Il n'est pas interdit de créer un léger mouvement de l'eau à l'aide d'une simple turbine à très faible débit, ce n'est pas contraire à la méthode low-tech, certains le préconisent même. Cela dit, des aquariums naturels fonctionnent sans brassage du tout et sans aucun problème, la nage des poissons étant suffisante pour favoriser la répartition des nutriments, l'oxygénation étant effectuée par les plantes elles-mêmes.

De la mort assurée: NON, les poissons ne meurent pas dans un aquarium sans filtration ni courant!

De l'efficacité des plantes: L'ammoniaque issu des matières organiques mélangé à l'eau devient du NH4+ moins toxique pour les poissons et directement assimilable par les plantes. Avant que les bactéries Nitrosomonas aient quelque chose à se mettre sous la dent les plantes, dans un bac sans filtre absorbent le NH4+, la nitrosation est donc moindre, par voie de conséquence, les nitrates aussi sont présents en quantité minime qu'ils sont pratiquement indétectables dans un bac naturels. Les plantes suffisent amplement à la purification de l'eau.  

De plantes qui se nourrissent de nitrates: Contrairement à ce qu'on répète un peu partout, les plantes préfèrent puiser l'ammonium directement et NON les nitrates, ceux-ci sont absorbés uniquement si l'ammonium vient à manquer, voir l'article "Filtres Vs Plantes" où cela est très bien expliqué. Rares sont les plantes qui préfèrent absorber les nitrates qu'il est superflue d'en parler plus longuement.

De l'efficacité des filtres: Les filtres aspirent rapidement l'ammonium NH4+ présent dans l'eau privant ainsi les plantes d'un nutriment facilement assimilable, de plus, et sous l'action des masses filtrantes, il y a une production forcée et complètement artificielle de nitrates. Ce sont donc les filtres qui fabriquent les nitrates nocifs à fortes doses, d'où la nécessité de surveiller les paramètres et de faire des changements d'eau fréquents dans un aquarium conventionnel. Bien qu'ils rendent l'eau claire ou cristalline ils n’éliminent pas du tout les substances indésirables. Ce qui explique que les plantes poussent mal dans un bac filtré et ont souvent besoin d'engrais pour compenser les carences en nutriments. Les filtres obligent les plantes à convertir les nitrates en ammonium cela au prix d'une perte considérable d’énergie pour les plantes.

Dans l'aquariophilie conventionnelle le cycle de l'azote est décrit comme un processus dangereux que l'on doit juguler au moyen d'un filtre. Pourtant le cycle de l'azote est un processus naturel, bien que complexe, qui se déroule dans la nature sans tuer les poissons. Le véritable cycle de l'azote, tel qu'observé dans la nature, se déroule bel et bien et uniquement dans les bacs low-tech ou naturels dont l'écosystème n'a pas été perturbé par une filtration artificielle. 

Enfin, les filtres empêchent à tout une micro-faune et flore de se développer, faune et flore pourtant bénéfiques à l'équilibre biologique d'un bac. (voir "Hiver 2006 : Green Reef" d’Harald Schneider)

Idée reçue sur les paramètres.

-"...sans filtre les paramètres de l'eau vont être instables..."

Un peu d'ironie ne fait pas de mal...

C'est vrai qu'avec les filtres il n'y a jamais aucune fluctuation des paramètres, c'est pour cela qu'il existe une batterie de moyens pour inciter les aquariophiles à mesurer régulièrement la qualité de leur eau. Que je sache, ces produits n'ont pas été mis sur le marché à destination du low-tech, car dans ce cas le commerce de l'aquariophilie aurait fait faillite depuis longtemps!

En fait, c'est tout le contraire pour les bacs low-tech, on s’aperçoit que le bac naturel est habitable plus rapidement, l'équilibre biologique reste stable sur de longues périodes. On a tendance au début à tester ses paramètres, mais on finit rapidement par abandonner l'utilisation des bandelettes et autres gouttes.

Mais il est certain que si l'on cherche à maintenir des poissons exigeants quant à la qualité de leur eau, il vaut mieux faire des contrôles, low-tech ou pas, le principe reste le même. Il faut se rappeler que même dans la nature les paramètres varient suivant les périodes sèches et humides, variation de la dureté totale, de la dureté carbonatée avec une variation inévitable du pH. Les poissons supportent très bien des variations, même dans un aquarium, si ces variations ne sont pas brutales et trop importantes. Filtre ou pas, les paramètres peuvent donc fluctuer, mais en ce qui concerne les nitrates, pour les bacs low-tech normalement équilibrés ceux-ci restent remarquablement stables et extrêmement bas sur une longue, très longue période, beaucoup en serait étonné!

Idée reçue sur la surpopulation.

-"...le low tech c'est connu, c'est gros volume, beaucoup de plantes (plantes simples mais produisant de l'oxygène), peu de poissons.."
-"...ça peut fonctionner mais il faut nourrir les poissons très peu.." 


Peu de poissons: Le volume disponible aux poissons a la même importance dans le low-tech que dans l'aquariophilie traditionnelle, du moins, devrait avoir la même importance. Ce sont souvent les aquariums traditionnels qui sont surpeuplés, la filtration artificielle n'en diminue pas pour autant les problèmes. Quand la priorité reste le bien-être des poissons la surpopulation n'est pas raisonnable, cela vaut pour les deux méthodes. En revanche, affirmer que la méthode low-tech peut fonctionner uniquement avec très peu de poissons dans un grand volume est totalement faux. Mes deux bacs, sans filtration, ont une population importante sans aucun problème.

Du nourrissage:
Depuis que je pratique l'aquariophilie j'ai toujours entendu dire les professionnels de faire attention avec le nourrissage des poissons. La plupart des aquariophiles nourrissent trop, beaucoup évite de les faire jeuner au moins une fois par semaine. En ce qui me concerne, je n'ai remarqué aucun problème à donner à mes poissons une nourriture riche, vivante et abondante, mais je les fais jeûner un à deux jours par semaine.

Dans tous les cas, les signes de malaise sont facilement reconnaissables, pour les détecter il suffit d'observer leur comportement. Des poissons actifs et joueurs est l'indication que tout va pour le mieux.

Idée reçue sur l'esthétique.

-"...Ces aquariums (sous-entendu les bacs low-tech) sans filtres sont sales..."
-"...Sans filtre l'eau va devenir verte..."
-"...Il faut accepter de ne pas avoir une eau aussi limpide qu'avec une filtration..."

De la saleté: On se demande bien pourquoi les aquariums low-tech seraient plus sales que les aquariums filtrés? Les propriétaires des bacs low-tech, comme les autres, nettoient les vitres de temps en temps, et, s'ils le souhaitent, aspirent les déchets trop importants. Personnellement je ne suis pas fan des bacs trop propres et aseptisés, ils ne reflètent en rien un coin de nature aquatique, ils n'ont de naturels que le nom.

De l'eau verte:
Là encore, il me semble que les produits censés lutter contre les algues et l'eau verte mis sur le marché ne sont pas destinés aux adeptes des bacs low-tech, mais bien aux aquariophiles de la méthode conventionnelle, rien que ce fait devrait induire une remise en question.

Un éclairage adapté, des plantes efficaces et en nombre suffisant, des plantes flottantes, concurrencent avec succès les algues et empêchent la formation de l'eau verte. Que le bac soit ou non low-tech n'a ici aucune incidence, mais beaucoup seraient surpris de constater combien l'eau d'un bac low-tech reste limpide.

Idée reçue sur l'entretien.

-"...sans changement d'eau régulier et important = accumulation des nitrates et donc mort des poissons..."
-"...on ne peut pas se passer de changements d'eau.."
-"... gros changements d'eau réguliers, gros nettoyages fréquents.."

Des changements d'eau importants: Ironiquement, à quoi sert alors d'avoir un filtre censé fournir une eau saine?! Mais on l'a vu plus haut, ces mêmes filtres fabriquent des nitrates qui s'accumulent et qui deviennent néfastes, on est donc obligé d'éliminer ces nitrates par des changements d'eau réguliers. Pour ce faire on remplace chaque semaine une partie de l'eau de l'aquarium par celle du robinet, mais voilà, l'eau du robinet contient aussi des nitrates, en fin de compte, on remplace trop de nitrates par un peu moins de nitrates. Tout ça pour ça, pourrait-on se demander? Et pourquoi ces nitrates s'accumulent t-ils puisque tout le monde prétend que les plantes les consomment? En fait, les changements d'eau importants sont effectués surtout dans l'aquariophilie conventionnelle, n'est-ce pas?! 

Bref, dans l'aquariophilie low-tech on préfère laisser les plantes faire leur travail, car elles sont programmées pour absorber justement cet ammonium issu des déchets azotés, et avant que cet ammonium ne soit transformé en nitrates. Autrement dit, quand aucune filtration ne vient perturber leur travail, les plantes limitent le processus de nitrification. (voir l'article sur la consommation de l'ammonium par les plantes.)
La preuve en est que dans les bacs sans filtration les nitrates sont en très faible quantité, et cela sur une très, très longue période, donc pas besoin de changer l'eau aussi régulièrement, deux ou trois changements partiels par an suffisent.
C'est ce que je constate et je ne suis pas le seul, mais je n'ai pas de filtre, si j'en avais un je ferais des changements d'eau, c'est sûr!

Des gros nettoyages: En low-tech il n'y a pas de gros nettoyages, au contraire, c'est là une aquariophilie pour les fainéants à des degrés divers. Les déchets végétaux qui tombent sur le sol sont recyclés en fournissant aux plantes de la nourriture sous forme de CO2 et de sels minéraux, on évite donc des faire des siphonnages fréquents et importants. Le seul travail consiste à compenser l'évaporation et à tailler les plantes qui explosent immanquablement, pour les fainéants vous dis-je!

N.B. Tous les préjugés ci-dessus et les principes qui en découlent sont tout aussi valables pour les bassins, bassinariums, poubellariums ou tous les contenants qui abritent une vie aquatique.

Conclusion


Je ne jette la pierre à personne, mais je constate avec un peu d'ironie que certains préfèrent critiquer sans avoir le recul de l'expérience. Cela dit, il faut rester humble devant les mystères de la nature, personne ne peut se targuer d'avoir tout compris. Les écosystèmes sont tellement complexes, qu'il vaut mieux garder son esprit en éveil et ouvert, de nouvelles découvertes sont toujours possibles.

Aquatiquement
Dani