mercredi 18 mars 2015

Amazonien, et c'est pas fini !

On me pose souvent des questions sur mon bac amazonien, s'il est toujours aussi beau, ou s'il n'a pas périclité. On me demande aussi quelles sont les règles à suivre quant à l'entretien d'un aquarium low-tech. Voici donc un article sur ces deux questions, histoire de faire d'une pierre deux coups.

Pour rappel, "ce bac" a été lancé à l'automne 2012, au départ sans plantes à racines, avec juste des flottantes et un brin de Cératophyllum et plein de feuilles mortes.

Le sol est composé d'une couche de tourbe recouverte par 6/7cm de sable de Loire.
L'eau du bac provient du toit de la maison, quand il pleut évidemment, je la récupère dans des poubelles en plastique. J'ai compensé un certain temps l'évaporation avec de l'eau en bouteille comme la Volcania, mais n'étant plus en vente j'utilise principalement l'eau de pluie. Une à deux fois par an je rajoute un ou deux litres de Cristaline, histoire de rajouter des minéraux.

Quelques mois après son lacement j'ai décidé d'introduire des plantes à racines, un amazonien n'est pas forcément dépourvu de plantes, il y a en Amazonie tout un tas de biotopes extrêmement différents. Personnellement, et dans la mesure du possible, j'essaie de privilégier les plantes d'une même région géographique, ...
Depuis le début j'utilise des feuilles mortes, mais en moindre quantité et moins souvent depuis que le bac est devenu planté.

L'eau de ce bac est chauffée à 21°.

Passons à la pratique:
Amazonien bien planté!
Ci-contre une vue de la façade avant du bac. C'est une véritable explosion de végétation!
La Vallisnéria gigantea cherche à envahir tout le sol en émettant des stolons partout, des stolons qui font plus d'un mètre. C'est ainsi qu'un pied de cette
plante est venu se développer à l'avant droit du bac.




Vue de profil.
C'est la jungle, les rubans de la Vallisnéria gigantea font plus d'un mètre cinquante et recouvrent toute la surface.
Il faut tailler dans le vif! La Sagittaria subulata s'est multipliée à n'en plus finir, et c'est du boulot que de vouloir la maîtriser! C'est une super plante, facile et buissonante, mais qui demande un entretien rigoureux. Mais n'est-il pas dommage de vouloir brider une nature si généreuse?







L'aquarium devient trouble.
Au delà de ces considérations d'ordre philosphique, j'ai supprimé toutes les Vallisnéries gigantea, et j'ai arraché une bonne partie des Sagittaria subulata.

Evidemment, l'eau est devenue trouble à cause de la tourbe qui remonte avec les racines des plantes arrachées. Un dépôt marron recouvre la surface du sol. Cela ne semble pas gêner les poissons, au contraire, les Corydoras habrosus se précipitent pour essayer de trouver de la nourriture, les Otocinclus également viennent voir ce qui se passe.



L'eau s'éclaircit peu à peu.
Mais croyez le ou pas, le dépôt marron a disparu aussi vite qu'il est venu, comme absorbé ou réabsorbé par le substrat, et, petit à petit l'eau s'éclaircit, cela au bout de quelques heures seulement.
Je n'ai rien siphonné du tout, j'ai laissé faire pour voir comment cela allait évoluer. Au bout de deux à trois jours le sol est redevenu propre comme si de rien ne s'était passé. Les Corydoras habrosus ont réinvesti les lieux et se montrent davantage, vu qu'il n'y a plus d'obstacles à leur pérégrination.

Au jour d'aujourd'hui, et deux mois après le jardinage, le bac ressemble à ça, va me falloir arracher de nouveau la Sagittaria.


 Vue d'ensemble, la S. subulata se propage de nouveau

Arrière plan avec Limnophila sessiliflora à droite.







Vue de dessus côté gauche, Pistia naines.
Autre vue de dessus côté droit.
J'oubliais, j'enlève régulièrement des plantes flottantes, si non leur prolifération risquerait de priver de lumière les plantes qui sont en dessous. J'en laisse 1/3 ou 1/4 de la surface. Sur la photo il y a de la Salvinia natans, des lentilles d'eau, de la Phyllanthus fluitans et des Pistia sp. stratiote.

Pour résumer en quelques points:

  • Tous les deux ou trois mois j'enlève le trop de plantes, je déracine, je coupe et j'élague. 
  • Chaque semaine j'enlève des plantes flottantes.
  • Chaque semaine je rajoute 2 à 3 litres d'eau pour compenser l'évaporation.
  • Je ne siphonne jamais le sol. Dans un bac équilibré avec un léger brassage le sol reste propre car les déchets sont recyclés.
  • Tous les six mois je fais un changement d'eau de 20% avec de l'eau de pluie. Je pense que ça ne sert à rien mais puisque j'en ai à ma disposition je le fais.
  • Je ne râcle jamais les vitres vu que je n'ai aucun souci d'algues quelconques.

Pour cet article et après plus d'un an j'ai fait un test des paramètres, j'ai obtenu les résultats suivants :

PH 6/ NO2 0/ NO3 0/ GH 4/ KH 0

Avec un KH à zéro mon bac devrait être instable et mes poissons en grand danger. En fait c'est tout le contraire, mon bac est remarquablement stable et mes poissons se portent à merveille.

Comme quoi, la théorie et la pratique ne sont pas toujours en concordance et ce pour différentes raisons, mais ça c'est une autre histoire.

Je vous laisse méditer sur le sujet...

See you soon !