jeudi 17 mai 2012

Poubellarium

Des alevins Tanichthys albonubes jetés en poubellarium!

Alors, voici des vues de mon poubellarium mis en eau il y deux mois. Des nénuphars sont plantés à l'intérieur, nénuphars qui étaient auparavant dans le bassine-arium. A cause d'un manque de lumière je les ai déménagés dans ce poubellarium pour leur offrir plus de lumière, en espérant avoir cette année de belles fleurs odorantes. Il est placé sur ma terrasse orientée plein sud et profite ainsi du soleil du matin, mais pas de celui de l'après midi, car un arbre est placé de manière à cacher la lumière après 13h. C'est pratique ce petit plan d'eau, on peut le déplacer suivant la course du soleil ou au gré de ses envies et si je l'avais installé sur des roulettes, son déplacement aurait été encore plus aisé. J'ai mis à l'intérieur des Elodées, des brins de Cératophyllum, ainsi que des Salvinias, histoire qu'elles fassent leur travail naturel de filtration. En ce qui concerne les petits habitants il y a des Physes, des Aselles et des Ostracodes.  Et voilà à quoi il ressemblait en mars:

 

Le voilà aujourd'hui: les nénuphars ont bien progressé, les Élodées en dessous sont devenues énormes. J'ai enlevé les Salvinias car elles faisaient beaucoup trop d'ombre. Cela fait maintenant une dizaine de jours que j'y ai ajouté des Red Cherry et des alevins Tanichthys nés en aquarium. Il y aussi 5 Tanis de 2 cm qui vont me débarrasser des larves de moustiques.  



Près de la nouvelle feuille de nénuphar qui va bientôt atteindre la surface, quelques alevins sont à la recherche de nourriture, c'est vrai qu'il faut avoir une vue perçante, comme la mienne, pour les apercevoir, mais ils y sont croyez-moi, promis, juré,  craché!

Les Red Cherry se cachent au fond et dans  l’enchevêtrement des plantes aquatiques, j'ai réussi à en apercevoir une au fond du poubellarium. Je m'attends à ce qu'elles me fassent plein de bébés.

L'eau est à une température de 21° au alentours de midi, avec une baisse progressive durant la nuit, elle atteint les 16° au matin. 

Voilà pour le moment, et après ce dur labeur je m'en vais faire une petite sieste. Pour la suite, il va falloir attendre que les alevins grossissent un peu et que les nénuphars fleurissent, donc à très bientôt!





mercredi 16 mai 2012

Limnobium laevigatum




Limnobium laevigatum ou grenouillette américaine.
Origine: Amérique Centrale et du Sud.
Croissance: Rapide.
Besoins: Éclairage moyen, pas de substrat, courant lent à stagnant. Craint les sources d'éclairage trop près de la plante qui risquent de brûler ses feuilles.
Température: 15 à 28°
Taille: de 2 à 5 cm de diamètre avec de longues   racines plongeantes pouvant atteindre les 40cm de longueur.
Multiplication: Rejets latéraux, comme pour la Pistia Stratiote


Limnobium vue de dessous
C'est une très belle plante flottante aux feuilles rondes d'un vert plus ou moins tendre, avec des racines qui plongent dans l'eau. Dans de bonnes conditions, elle se développe rapidement jusqu'à recouvrir la surface, et sous un éclairage adéquate elle va produire des fleurs même en aquarium. Elle préfère les eaux stagnantes ou un courant très lent. Comme toutes les flottantes, cette plante gourmande en nutriments, filtre l'eau naturellement, tamise l'éclairage permettant de faire ressortir la couleur des poissons plus intensément tout en leur offrant des abris sécurisants. C'est un bon support pour le plancton, de plus, elle offre des cachettes recherchées par les alvins qui évoluent souvent près la surface. Elle se développe plus rapidement en bassin sous la lumière naturelle même modérée, voire à mi-ombre.
Limnobium en fleur

Semble difficile à trouver en magasin et même sur internet. Elle supporte mal les transports trop longs. Si ses feuilles ont des tâches jaunes ou marrons, c'est qu'elle a été transportée longtemps et dans de mauvaises conditions, elle risque de na pas repartir en aquarium.
Je crois, personnellement, et après avoir réussi à m'en procurer plus ou moins endommagée, qu'elle repart quand-même après un certain temps d'adaptation. Souvent elle est proposée sur internet, mais lorsqu'on passe commande on reçoit un message: "en rupture de stock" et on se voit proposer une autre plante à la place. Il faut persévérer car c'est vraiment la plante idéale pour les aquariums naturels et bien moins encombrante que la laitue d'eau.

En Amérique, c'est une plante invasive car elle étouffe les cours d'eau à cause de sa prolifération rapide. Si on veut s'en débarrasser, il vaut mieux la jeter dans sa poubelle, pas dans la nature. On peut aussi la proposer sur des sites d'échanges, au moins ça fera des heureux.

Stay in touch!
Dani

mardi 1 mai 2012

Poisson prisonnier !


Brachydanio rerio
Famille: Cyrpinidés
Genre: Brachydanio
Origine: Est de de l'Inde, Asie du Sud-Est
Taille: 4 à 5cm
Température: 15 à 24°, 21° pour la reproduction.
Durée de vie: 2 à 3 ans dans de bonnes conditions.
Dimorphisme: Le mâle, aux rayures longitudinales dorées, est plus svelte que la femelle qui est de constitution plus robuste avec un ventre plus rebondie, ses lignes horizontales sont blanches ou argentées. 

Le Brachydanio rerio est encore un poisson facile à maintenir qui n'a que des qualités et pas de défauts, rares sont les aquariophiles qui ont eu à s'en plaindre. De la famille des Cyprinidés, il vient d'Asie et Asie du Sud-Est, Inde, Bengladesh, Malaisie, Indonésie, mais fort heureusement, ceux vendus aujourd'hui dans le commerce sont issus de l'élevage, mais par voie de conséquence, il faut faire attention aux contrefaçons, car même les être vivants sont les victimes de l'appétit commercial de certains.

Danio rerio voile
Une autre variété est proposée à la vente, celle avec des nageoires plus importantes, espèce voilée obtenue pas sélection, ce n'est 
donc pas un poisson naturel. Bien que certains le trouvent plus attrayant il faut savoir que ses voiles peuvent s'abîmer facilement et le gêner dans sa nage, de plus, cette espèce est plus fragile, à éviter donc!

Danio frankei
Il existe, également, une variété connue depuis peu sous le nom de Brachydanio frankei ou « poisson léopard ». Chez ce dernier les bandes longitudinales sont remplacées par des tâches d'un bleu foncé et de formes irrégulières sur un ventre blanc à jaunâtre, les nageoires anale et caudale sont également tachetées. Certains auteurs soutiennent que cette espèce est issue d'une mutation du Brachydanio rerio, et donc, obtenue artificiellement dans les élevages en République Tchèque. S'il s'agit bien d'une mutation, ça ne peut être une vraie espèce.

Le Brachydanio rerio est un petit poisson mesurant de 5 à 6 cm. Il vit dans des cours d'eau lents, voire dans les eaux stagnantes, à une température variable entre 15 et 24°, mais supporte des températures beaucoup plus basses, c'est, donc, un hôte de choix pour les poubellariums suffisamment grands pour lui permettre de faire le cent mètre, c'est un sportif. Ce qu'il ne supporte pas, ce sont justement les températures trop hautes, au delà de 24° sa durée de vie déjà courte, entre 2 et 3 ans, est encore réduite. Dans son habitat d'origine, l'eau des cours d'eau est douce et plutôt acide à cause des matières organiques en décomposition, la végétation  terrestre est dense ce qui lui procure des zones d'ombres. 

C'est un poisson paisible et pacifique à l'instinct grégaire important. Il est élancé est svelte car, dans son habitat d'origine, il s'agit d'un chasseur et un grand nageur infatigable. Sa couleur dominante est un bleu métallique brillant, son corps est rayé sur toute la longueur par des bandes horizontales blanches d'où ses surnoms, peu valorisants, de « poisson zèbre » et de « poisson pyjama ». Il possède deux barbillons et sa bouche est tourné vers le haut, là encore et bien qu'il soit omnivore, il s'agit d'un gobeur d'insectes pur et dur! D'ailleurs, bien qu'il occupe tout le bac, la partie qu'il préfère est la partie supérieure et celle près de la surface, il sait bien que la nourriture la plus succulente tombe justement d'en haut! C'est un bout-en-train et passe sont temps à se chamailler surtout s'il est maintenu en banc, il met la vie dans un bac, je vous le garantis. Par expérience, je sais qu'il peut se montrer non pas agressif mais taquin et un tantinet harceleur envers des poissons plus lents et plus passifs, c'est qu'il n'aime pas les taciturnes, les timides et les placides, il est de la typologie des sanguins.

Maintenance: On peut le maintenir dans un bac de 60l pour 6 individus, c'est un minimum. L'idéal est de lui fournir un espace suffisamment grand pour la nage libre, une façade d'un mètre serait souhaitable pour un groupe de 12. Bien qu'il s'adapte à tout type d'eau, lui fournir de l'eau de pluie ne serait pas un luxe, prévoir également des feuilles mortes ou quelques feuilles de cattapa qui vont dégager des tanins, avec l'action des plantes flottantes sur la luminosité il n'en sera que plus beau, les poissons de ce genre donnent le meilleur deux-mêmes dans une eau tamisée ou légèrement sombre. L'aquarium doit être bien planté, Egeria densa, Cératophyllum, Ceratopteris cornuta, et de la mousse de java recouvrant une racine, mais il faut prévoir aussi un espace suffisant pour la nage libre. Il vaut mieux couvrir l'aquarium, c'est un sportif disais-je, le saut en hauteur ne lui fait pas peur. Le chauffage doit être banni, une petite pompe de brassage à faible débit peut, éventuellement, être rajoutée. Il ne doit pas être placé avec d'autres poissons qui nécessitent une eau plus chaude, il peut avoir pour compagnons et suivant la taille du bac, des Tanichtys albonubes ou des Puntius titteya qui ont les mêmes exigences que lui.

Reproduction: La reproduction est l'une des plus facile, c'est pourquoi bon nombre d'aquariophiles apprécient ce poisson. Seuls les mâles à rayures dorées devraient être sélectionnés pour la reproduction, mais ces poissons étant très fidèles, il faut laisser les couples se former naturellement selon leurs affinités, c'est là une garantie pour obtenir les meilleurs résultats. Une fois les couples formés ils deviennent inséparables et de saison en saison vont se reproduire. Si l'on souhaite avoir des reproductions réussies il convient d'isoler le couple dans un bac prévu à cet effet. L'eau du bac de reproduction doit être à 21°, d'après certains, le bac devrait être placé à la lumière solaire, cela stimulerait l'instinct de reproduction du couple, faire un changement d'eau plus fraîche stimule aussi ses instincts. Mettre des plantes flottantes, un ou deux brins de Cératophyllum demersum et beaucoup de mousse de Java dans laquelle tomberont les œufs, ce qui empêchera les parents de les atteindre et de les manger. Certains aquariophiles placent un treillis à 3 cm au dessus du fond pour empêcher les parents de gober les œufs. Pour toute filtration, un petit filtre intérieur sur perlon alimenté par une petite pompe à air réglée au minimum. Il faut retirer les parents après la fécondation des œufs. Les alevins doivent être nourris avec des infusoires, puis avec des nauplies d'artémias.

La parade du mâle et l'accouplement sont très intéressants à observer, si vous souhaitez en savoir plus sur son mode de reproduction, voici un lien avec plus d'informations et de descriptions claires et simples: http://www.agora-aqua.com/Page52.htm

Ce poisson étant très prolifique on risque de voir sa population décupler rapidement. Si l'on ne souhaite pas de reproduction du tout, il suffit de maintenir un banc  dans un bac d'ensemble, en cas de reproduction non souhaitée, il suffit de ne rien faire car la plupart des œufs seront mangés par les adultes.

Nourriture: Ce poisson est omnivore, il faut lui proposer une nourriture variée, de préférence vivante, artémias, daphnies, larves de moustiques. La nourriture congelée est acceptée, il a besoin aussi de nourriture végétale, comme les légumes pochés et en complément des paillettes végétales. Comme pour tous les poissons, la qualité et la variété de l'alimentation influent grandement sur la santé, l'aspect et le moral des poissons.

A savoir:
  • Ce poisson fait l'objet d'études pour ses capacités extraordinaires de régénération en cas de blessures. Il est capable, par exemple, de régénérer son cœur amputé de 20% en seulement deux mois.
  • Selon l'Arrêté du 11 août 2006, il a obtenu le statut d'animal domestique au même titre que le chien ou le chat, la carpe Koï, le poisson rouge, le Guppy et le Betta Splendens.